Partager :

Monsieur le grand Rabbin, monsieur le Rabbin,
Madame la Présidente, Monsieur le Président,
Chers amis,

Devant l’épidémie du coronavirus qui prend de l’ampleur dans notre pays, les responsables communautaires que nous sommes devons prendre des mesures préventives afin de limiter au maximum les risques de contamination pour l’ensemble de nos fidèles.
A moins d’un d’arrêté préfectoral demandant la fermeture des lieux de culte, comme dans l’Oise, nos synagogues continuent les activités religieuses (Téfila, lecture de la Meguila, etc.) mais en s’abstenant de l’organisation de fêtes, et de manifestations qui ne relèvent pas directement de l’exercice du culte. S’agissant du Michté de Pourim, il n’existe aucune obligation halakhique de le passer en collectivité.
Chaque Rabbin, chaque Président dans sa communauté évaluera la situation en fonction de l’évolution de l’épidémie, et dans le respect scrupuleux des règles gouvernementales.
Le Coronavirus qui sévit actuellement dans le monde se transmet essentiellement par voie aérienne et par contact des mains. Il peut également persister sur des surfaces inertes pendant plusieurs heures.
Après consultation de l’AMIF (Association des médecins israélites de France) de l’Aumônerie Générale Israélite des Hôpitaux de France et de la CER, voici nos préconisations :

  • Ne pas se serrer la main, ni s’embrasser
  • Ne pas embrasser les objets de culte : Sifré Tora, Mezouzot, livres de prière et Talitot communautaires
  • Rester à la maison en cas de fièvre, de toux, de courbatures ou de difficultés respiratoires, (même si on doit lire le Kaddich)
  • Se laver les mains fréquemment (pendant au minimum 20 secondes avec du savon ou mieux avec du gel hydroalcoolique) surtout après avoir touché des surfaces qui ont été en contact avec du public
  • Proposer des solutions hydro-alcooliques à l’entrée de la synagogue
  • S’abstenir de rendre visite à quelqu’un en quarantaine
  • Ne pas venir à la synagogue s’il y a une personne confinée dans son entourage
  • Pour les personnes âgées ou malades, s’abstenir de venir à la synagogue en cas de forte affluence
  • En cas de voyage, emportez avec vous des serviettes désinfectantes pour nettoyer les accoudoirs, les tables, etc.

Ne paniquons pas !
A moins d’un contact rapproché avec un sujet infecté, la probabilité d’attraper le virus par les airs est faible et le port de masque n’est requis que pour les personnes malades (ou celles en contact avec une personne malade).
Nous restons à votre écoute, et si vous avez pris d’autres mesures complémentaires que nous pourrions partager avec l’ensemble des présidents de communautés, nous diffuserons ces informations.
Nous prions pour tous ceux qui ont été touchés par cette maladie. Puisse l’Eternel contenir cette épidémie, guérir les malades et guider les scientifiques à trouver rapidement un traitement ou vaccin.

Nous vous invitons à réciter publiquement le lundi 9 mars 2020, jour du jeûne d’Esther, après l’office de Minha, les psaumes 121 et 130.

Joël Mergui
Président

Michel GUGENHEIM
Grand Rabbin de Paris

Compléments sur les précautions à prendre

Monsieur le Grand Rabbin,
Monsieur le Rabbin,
Monsieur le Président,

Suite à de nombreuses questions posées par des Rabbins, Présidents et Aumôniers des hôpitaux de Paris et de province, portant sur l’attitude à adopter dans nos synagogues et lieux communautaires face au CORONAVIRUS, j’ai interrogé le Professeur Jean-Michel MOLINA Chef du Service des Maladies Infectieuses des hôpitaux de Saint Louis et de Lariboisière.

Celui-ci a aimablement accepté de nous répondre.

En espérant que nous pourrons accompagner nos fidèles dans la célébration joyeuse et sereine de la fête de Pourim.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Grand Rabbin, Monsieur le Rabbin, Monsieur le Président, l’expression de mon plus cordial chalom.

Rabbin Mikaël JOURNO
Aumônier Général des Hôpitaux de France

Précautions à prendre pour la fête de Pourim et la vie communautaire

Lecture de la Meguila : Éviter une trop grande affluence. Demander aux personnes enrhumées ou grippées de rester chez elles ; s’assurer que les personnes enrhumées ou grippées qui assisteraient malgré tout à la lecture puissent venir avec un masque ou qu’un masque soit disponible à l’entrée de la synagogue, et prévoir si possible que toutes les personnes venant à la synagogue puissent se laver les mains avec de l’eau et du savon liquide.

Éviter de se serrer les mains (ou sinon ne pas porter ses mains à la bouche ou sur le visage et se laver ensuite), éviter d’embrasser.

Aérer la synagogue en ouvrant les fenêtres si possible (10 min par heure par exemple) et nettoyer les surfaces (sol, sièges, et tout ce qui peut être touché avec les mains) régulièrement une fois par jour avec les produits habituels (ou des lingettes).  

Faut-il conseiller à certaines personnes de rester chez elles ?  Oui, les personnes malades (grippées, enrhumées) âgées (plus de 70 ans) et les personnes ayant des pathologies respiratoires et cardiaques chroniques.

Maintenir les activités de Pourim ?  Les mêmes restrictions que celles précitées devraient s’appliquer.

La collation qui suit le jeûne ?  Même restrictions que ci-dessus, et éviter de se servir avec ses doigts, utiliser des couverts jetables pour se servir et manger et ne pas partager son verre.

Le Michté  le festin de Pourim : même chose

La fête des enfants, la fête de Pourim : Si elle n’est pas encore organisée, il est peut-être préférable de la reporter.

Chabbat : A ce stade, je ne pense pas qu’il soit nécessaire de les annuler à partir du moment où les consignes citées plus haut peuvent être respectées.

  – Kidouch du samedi matin : Même chose, en évitant de partager la coupe de vin et en utilisant des petits verres individuels.

Seouda chelichit : idem festin de pourim.

Chabat plein : comme le chabbat.

Mikvé bain rituel ? Pas de problème si l’eau est bien chlorée (ou désinfectée avec un autre produit, le virus est assez fragile). Il faut bien sûr éviter le mikvé pour les femmes enrhumées ou grippées, et faire attention à la transmission à la sortie du bain (dans les hammams par exemple un air saturé très humide et confiné favorise la transmission).

Y a-t’il lieu d’interdire la procession du Sefer Tora dans les allées de la synagogue ? Non à partir du moment où on ne touche pas avec son taleth ou les mains le Sefer Tora et qu’on fasse le geste de s’incliner sans toucher.

Toutes ces recommandations sont des recommandations de bon sens qui se basent sur le respect d’une hygiène stricte afin d’éviter la transmission du virus et de protéger ainsi les personnes les plus fragiles. Les enfants ne font que des infections bénignes sans aucune gravité.

Chabbat Chalom !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *